NIKE - 917753-100 917753-100 - - SF AF1 MID - AIR FORCE ONE - Shoes - IVORY STONE - Size 9.5 72730a

NIKE - 917753-100 917753-100 - - SF AF1 MID - AIR FORCE ONE - Shoes - IVORY STONE - Size 9.5 72730aNIKE - 917753-100 917753-100 - - SF AF1 MID - AIR FORCE ONE - Shoes - IVORY STONE - Size 9.5 72730aNIKE - 917753-100 917753-100 - - SF AF1 MID - AIR FORCE ONE - Shoes - IVORY STONE - Size 9.5 72730aNIKE - 917753-100 917753-100 - - SF AF1 MID - AIR FORCE ONE - Shoes - IVORY STONE - Size 9.5 72730aNIKE - 917753-100 917753-100 - - SF AF1 MID - AIR FORCE ONE - Shoes - IVORY STONE - Size 9.5 72730aNIKE - 917753-100 917753-100 - - SF AF1 MID - AIR FORCE ONE - Shoes - IVORY STONE - Size 9.5 72730aNIKE - 917753-100 917753-100 - - SF AF1 MID - AIR FORCE ONE - Shoes - IVORY STONE - Size 9.5 72730aNIKE - 917753-100 917753-100 - - SF AF1 MID - AIR FORCE ONE - Shoes - IVORY STONE - Size 9.5 72730aNIKE - 917753-100 917753-100 - - SF AF1 MID - AIR FORCE ONE - Shoes - IVORY STONE - Size 9.5 72730aNIKE - 917753-100 917753-100 - - SF AF1 MID - AIR FORCE ONE - Shoes - IVORY STONE - Size 9.5 72730aNIKE - 917753-100 917753-100 - - SF AF1 MID - AIR FORCE ONE - Shoes - IVORY STONE - Size 9.5 72730a

NIKE - 917753-100 917753-100 - - SF AF1 MID - AIR FORCE ONE - Shoes - IVORY STONE - Size 9.5 72730a

Pour un regard différent, libre et indépendant sur la Côte d'Ivoire et le monde! DIEU vous bénisse!

2014 NIKE AIR JORDAN XI 11 LEGEND BLUE COLUMBIA SIZE 11,NIKE SF SPECIAL FORCE AIR FORCE 1 TRIPLE BLACK SIZE 8.5 NEW (864024-003),Nike SB Zoom Stefan Janoski OG Obisidan White Rustic 833603-412 Retro 's Nike Lunar Force 1 Duckboot, 805899 003 Multi Sizes Black/Black/Metallic S,nike air zoom challenge 9 DS 1996 tech alarm ii 140087 101 Andre AgassiMan's/Woman's Nike Duel Racer Running 's Shoes Size Promotion Affordable Reliable reputation GV56415,New NIKE AIR FORCE 180 White Navy 's Size 9.5 Model,Nike Air KD5 KD 5 V 11 DS NEW Kevin Durant eybl peach jam elite BIRCH,Nike Free Hypervenom 3 FC FK Navy Blue Metallic Gold Shoes 898029 400 - Size 9.5,Nike Air Max Sequent 3 's Grey/Orange/Green 21694012Gentilhomme/ Nike Lebron 10 EXT Denim 10.5 Modern and elegant fashion discount Export,Nike Rosherun NM W SP Size 12 Brazil Black Heather Green Yellow 652804 037 NIB,Man/Woman NIKE AIR MAX 90 PREMIUM MONOCHROME 700155 202 NEUTRAL OLIVE GREEN-SUEDE/LEATHER High quality and low overhead Impeccable Clearance sale WW828, 's Nike Air Jordan XX9 29 UNC Tarheels Promo PE Sample Size 13.5 742965 104,Air Jordan 1 Retro Low OG Premium s 905136-010 Black Vachetta Shoes Size 10, 's Nike Lebron XV 15 Pride of Ohio Black Taupe Grey Red 897648-003,Nike Zoom All Out Low, Size 10.5 Dark Grey/Wolf Grey 878670-012,Nike Lab Hyperchase X FragHommes t Size 9 s Deep Royal Blue 789486-410 LIMITEDRetro vintage Nike Air Max 1993 s Size 9.5,2005 Nike Supreme Dunk High Deluxe MITA OSTRICH WHITE ATMOS Japan High top HUF,Nike PG1, Paul George, Bright Violet / Black / White, 878627 500, Size 14,Nike Air Foamposite Pro Yeezy Glow In Dark Black Size 12,NIKE JORDAN XXXII 32 RUSSELL WESTBROOK WHY NOT BLUE ORANGE AA1253 400 US MENS 13,NIKE AIR JORDAN 1 AJ1 HIGH SHOES MENS BASKETBALL OG SNEAKERS - GOLDEN HARVEST,Man's/Woman's Nike 's Air Max Sequent 3 Running Shoe Consumer Low price Export RR297,NIKE AIR MAX 90 ID ALL RED SZ 12 "RED OCTOBER" MESH TOE!! [931902-994],NEW DS NIKE FLYKNIT RACER RUNNING SHOES MENS SZ 11.5 BLACK-WHITE-VOLT 526628 011Nike Air Max 1 Premium Geometric Pack Black Grey White SZ 13 ( 512033-005 ),AIR JORDAN 11 RETRO XI LOW TD CLEATS SZ 15 WHITE GYM RED BLACK AO1560 101,Nike Air Max 95 Essential Pure Platinum/White 's Running Shoes 749766-034,

Notre cri du coeur: LIBEREZ LAURENT GBAGBO!


widget

Date de création de votre blog

Jeudi 20 Mars 2008

Catégories

Blogs et Sites Recommandés (Web Explorer)

Blog patriotique en Allemand

Mon blog chrétien

Mon blog santé

Presse Internationale

Titrologie Ivoire

Conspirationnisme

Sites Chrétiens

Compteur Pays (à partir du 21 juillet 2011)

Compteur du Blog: 42732 visites antérieures au 07/05/09 +

Newsletter

Votre régie publicitaire Africawin

Novembre 2018

Notes récentes

Commentaires récents

Archives

Syndicate this site (rss)
Syndicate this site (XML)

Tags populaires

Derniers weblogs mis à jour

Mon Compteur Twitter (Recommander cette page sur Twitter)

Télécharger le blog Regards Croisés

Statistiques du blog (à partir du 14 juillet 2011)

Trafic en temps réel du blog

Aperçu Globe du Trafic temps réel (Nouveaux arrivants)

Souffle, Esprit, sur ma Côte d'Ivoire!

Soutenez Regards Croisés: Faites un don

Contactez-nous pour vos dons: [email protected]

Classement des sites en Côte d'Ivoire

Ivoire-Blog Classement national

jeudi, 14 janvier 2010

LA SOCIETE IVOIRIENNE EN PLEIN DECLIN: L'EMERGENCE D'UNE CULTURE DE LA DEPRAVATION



MAQUIS A LA RUE PRINCESSE.jpg

 

La société ivoirienne qui était présentée comme un creuset de discipline et de retenue, a définitivement cédé à la dépravation des mœurs. Sous la poussée d’une industrie du loisir incontrôlé et du sexe, est désormais née une culture de la dépravation qui frappe tant les villes que les campagnes, tant les femmes que les hommes.

Jadis tabou le plus sacré, le corps dénudé de la femme est devenu de nos jours en Côte d’Ivoire le plus commun des spectacles auquel l’on a droit dans les rues des villes. Désormais, il fait partie intégrante du paysage des centres urbains et, plus grave, cette tendance se propage à une allure vertigineuse vers les campagnes. Soit-il minuit ou midi, la différence ne se mesure seulement qu’en termes de point paroxystique. Parce que ce spectacle de femmes sommairement vêtues ou carrément nues se déploie sur toutes les 24 heures de la journée et dans n’importe quel quartier d’Abidjan et des villes ivoiriennes. Et tout y concourt : la mode vestimentaire, la presse, les lieux de loisirs… Avec le phénomène du collant, c’était les formes outrancières que les femmes n’hésitaient plus à exhiber en les plaquant. Désormais, c’est le pantalon taille basse ; l’on va encore plus loin : le pantalon doit dorénavant dévoiler les sous-vêtements de la femme qui se sont tellement amincis, qu’ils dévoilent à leur tour ses parties intimes. Et cela est loin de préoccuper la gente féminine. C’est la mode ; on s’y met ou alors on est une has been tout juste bonne à être rangée au garage. Et preuve que cette démence a désormais gangréné toute la société ivoirienne, les hommes ne sont pas en reste. Eux aussi sortent dans les rues le pantalon jeans sans ceinture et au milieu du fessier, dévoilant largement le caleçon porté en-dessous. Pendant ce temps, sur ces mêmes rues, la presse pornographique s’affiche sur les étals de journaux de façon triomphale ; elle offre ainsi des photos de femmes nues dans toutes les positions à toutes les vues, mêmes celles qui n’ont pas envie de les explorer. Les jeunes mâles qui n’ont jamais vu de femmes que le corps entièrement couvert, ont ainsi l’occasion de le découvrir. Au grand dam de leurs parents qui s’acharnent à les éduquer dans la culture du sacré qui doit recouvrir la nudité de la femme, mais aussi de l’homme.

La valorisation de la dépravation morale

Cette dictature du sexe nu tient sa source dans l’étrange culte de la dépravation morale et sexuelle qui a été érigée en tendance sociale en Côte d’Ivoire depuis un peu plus d’une décennie. Au lieu de promouvoir les valeurs de travail, de probité, etc. qui sont le moteur de tout développement, les années 2000 ont plutôt vu l’explosion du culte de la vanité. Désormais, ce qu’une femme a à faire valoir, c’est la partie la plus proéminente de son corps et non pas ce qu’elle à dans la tête. Le phénomène ‘’lolo’’ a ainsi ouvert cette tendance de dégénérescence. Les seins volumineux, à la limite d’une bosse de zébu, à laisser transparaître par le haut, sont ainsi devenus la norme. Une artiste telle que Nastou Traoré, qui n’a jamais convaincu ni par son jeu d’actrice ni pas ses performances vocales, est devenue l’icône du début des années 2000 à cause de ses mensurations mammaires hors norme. Et dans toutes les villes de la Côte d’Ivoire, ce fut la course aux poitrines monumentales. Offrant ainsi à de pseudo apothicaires d’ouvrir un florissant commerce de ‘’produits qui gonflent les seins’’.

L’on a avait pas encore fini de s’inquiéter de cette célébration de la vanité que le phénomène ‘’ tassaba’’, qui réfère à l’exhibition de fessiers énormes de femmes, a été remis au goût du jour. Né à la fin des années 1990 et mis sur orbite par la danse Mapouka, les années 2000, qui se veulent comme celles du déclin moral total de la société ivoirienne, ne pouvait que signer son retour au premier plan. Désormais dénommé ‘’bobaraba’’, il fait fureur. C’est la course aux fesses proéminentes au sein de la gente féminine, où l’on s’en remet de nouveau à son apothicaire pour se faire concocter cette fois des ‘’produits qui donnent fesses’’.

Mais, les déviances énumérées plus haut sont peu de choses comparées à la tendance ‘’wolosso’’. Celle-ci signifie rien moins que l’affranchissement total de normes morales. Ainsi, il ne suffit plus d’avoir des ‘’lolo’’, un ‘’tassaba’’ ou ‘’bobaraba’’ ; il faut maintenant les exhiber dans des tenues des plus indécentes. Et cette nouvelle tendance connaît une adhésion unanime : les femmes que la nature n’a pas pourvu de formes extravagantes peuvent se faire ‘’valoir’’ dans des vêtements impudiques tels que le fameux pantalon taille basse dont nous parlions plus haut. Et ces modes sont désormais complétées par le ‘’piercing’’ et le tatouage qui consistent respectivement à se percer soit le nez, le nombril ou l’arcade sourcilière pour y accrocher un bijou et à s’imprimer des dessins très souvent indélébiles sur le corps.

L’explosion des pratiques sexuelles contre-nature

Inutile de dire que la prostitution féminine, qui a désormais conquis le tout Abidjan, y compris les quartiers huppés, trouve en ces tendances une nouvelle voie d’expansion. Cette façon de s’habiller qui dévoile les parties sexuelles renseigne très clairement sur la moralité et les intentions des filles qui s’y adonnent. Parce qu’il constitue tout simplement ce que les Anglo-saxons appellent le ‘’sex-appeal’’. Ainsi vêtues, ces filles vont partir de leurs quartiers flâner dans le centre des affaires du Plateau ou dans les grands supermarchés, faisant semblant de faire des courses, alors qu’il ne s’agit en réalité que d’une pêche aux hommes.

Mais là où le regard sur la société ivoirienne devient le plus pénible, c’est lorsqu’il se porte sur les pratiques sexuelles contre-nature qui y sont en pleine explosion.

L’homosexualité est devenue une tendance qui se joue désormais à ciel ouvert. Ce phénomène est sans contexte plus prononcé chez les hommes. Tant et si bien qu’une prostitution masculine qui en a découlé, livre aujourd’hui une concurrence très rude à la prostitution féminine. Sur les trottoirs des rues sombres du tristement célèbre quartier Zone 4 dans la commune de Marcory, les homosexuels prostitués, travestis en femmes, égalent désormais en nombre les pionnières de ce commerce. Mais le pire, c’est que cette homosexualité masculine est devenue aujourd’hui un facteur de promotion dans de nombreuses entreprises ivoiriennes. Ainsi, sous le couvert du silence, certains travailleurs, sans avoir eu à démontrer plus de mérite que d’autres, gravissent plus vite les échelons et sont les favoris des patrons. Cela prévaut aussi pour d’autres personnes qui, en un tour de main, connaissent une brusque réussite sociale. Ce phénomène est très répandu dans le monde des artistes. L’un d’entre eux, le ‘’coupeur-décaleur’’, Lino Versace, n’a pas ainsi hésité à se réclamer de cette tendance, même s’il a tenté après de se reprendre de ses propos.

Quand la dépravation évince le travail

La conséquence de l’émergence de cette voie de réussite sociale et professionnelle qu’offre désormais la dépravation morale, c’est le culte du travail qui est déchu à son profit. La culture de la facilité qui fait tant de mal à la société ivoirienne, s’en trouve ainsi ragaillardit. Déjà que des nombreuses femmes avaient fait le choix de tourner dos à cette valeur comme facteur de promotion sociale, de nombreux s’y ajoutent chaque jour. Le travail est ainsi ‘’tué’’ et avec lui, toute la société ivoirienne.


Yves Blondel


(Quotidien Nuit & Jour du 13 janvier 2010)